Une concertation autour de six champs d'intervention prioritaires

 
 
La Table estrienne de concertation interordres en éducation (TECIÉ) a retenu six champs d'intervention prioritaires, dans son plan d'action, vers lesquels elle souhaite, avec le Projet PRÉE, concentrer ses efforts.
 
Ces choix sont issus d'une revue exhaustive de la recherche sur les «interventions efficaces», c'est-à-dire celles qui ont conduit à des baisses significatives du décrochage scolaire.
 
  1. La prévention et le dépistage précoce des problèmes d'apprentissage en langue maternelle, particulièrement en lecture, ainsi qu'en mathématiques avant l'entrée à l'école et dès les premiers signes de difficulté scolaire.
  2. L'aide aux élèves qui éprouvent des difficultés d'apprentissage en langue maternelle, particulièrement en lecture, ainsi qu'en mathématiques à l'école et dans leur milieu, afin qu'ils acquièrent les compétences nécessaires pour réussir.
  3. L'accompagnement assidu d'adultes significatifs et engagés auprès de chaque jeune, durant tout son parcours scolaire, dans la famille, à l'école et dans son milieu.
  4. L'expression et le maintien d'attentes élevées quant à l'engagement scolaire des jeunes et à leur réussite. Des attentes élevées à l'égard de leurs éducateurs, des administrateurs scolaires ainsi qu'auprès des partenaires de la communauté au regard de la qualité des services offerts et des pratiques qui sont mises en œuvre.
  5. Le recours, par les enseignants, à des pratiques qui sont reconnues pour contribuer à donner du sens aux apprentissages, à nourrir, à élargir et à rehausser les aspirations scolaires et professionnelles des jeunes, par exemple, l'approche orientante.
  6. L'établissement de contacts étroits entre les écoles et les milieux de travail afin de donner aux jeunes, sens et perspective à leur formation.