Ne lâche pas

 

On apprend plus que l’essentiel,

Laissant un ciel gris sur nos jours de congés,

Congelés, on se prépare à se lever,

Les pas sont lourds jusqu’à la porte d’entrée,

Ça a l’air dur, mais j’endure…

Ne lâche pas!

 

Réveille-toi,

C’est ton futur que tu dessines à chaque trait de crayon,

Si t’endure, tu viens d’ajouter à ta roue un rayon,

Un jour, tu pédaleras par toi-même,

Sur deux roues solides et un châssis en armature,

Nous, on te lâchera,

Mais toi, ne lâche pas!

 

Un jour, tu te retrouveras crevé,

Et ce jour-là, tout va te rattraper,

Si tu ne portes pas ton casque ou si tu n’es pas équipé,

Tu peux te retrouver à pieds,

Trimbalant ce qui te reste d’estime.

Sous forme de vélo,

Mais ne le lâche surtout pas!

 

Parce que cette estime surpasse toute estimation,

Même si on est voué à apprendre qu’on n’a pas raison,

Même si tu as échoué tes maths à cause des fractions,

Il te reste toujours à ta roue un rayon,

Et tu continueras d’avancer.

 

Il y a des hauts et des bas,

Mais ça tu le sais,

On te l’a dit trois demie fois,

Avance un coup de roue à la fois,

Pense à ton futur, mais participe présent,

Ton avenir, c’est ici, maintenant!

 

Quand tu galères on parle en pourtant,

Et quand c’est sévère on parle en pourcent,

Mais si tu persévère on est là pour toi,

Et si tu as de la misère, demande pourquoi.

 

Ouvre tes horizons, trouve ta place,

Les portes sont ouvertes à toi,

Mais la route est longue avant les frontières,

Pis si tu n’as pas de passeport,

Tu ne passes pas,

Alors donne de l’effort,

Et surpasses toi,

Tu vas l’avoir ton diplôme

Ne lâche pas!

 

William Longpré

19 avril 2016